J’observe dans l’accompagnement de mes clients que la notion de circulation sanguine fait sens pour tous, mais que le système lymphatique est beaucoup moins connu.

Hors, il est tout aussi important.

Sans lui, notre système cardiovasculaire cesserait de fonctionner et notre système immunitaire perdrait toute efficacité.

Je vous propose donc pour ce nouvel article de voir de manière plus détaillée la lymphe et son système.

Avant de commencer, je souhaitais vous définir les termes « scientifiques » que je vais aborder, pour que mon explication soit la plus claire possible.

Système lymphatique : Système composé des vaisseaux lymphatiques, des noeuds lymphatiques et autres organes et amas de tissu lymphatique. Il joue un rôle complémentaire à celui du système cardiovasculaire et remplit une fonction primordiale dans la défense de l’organisme contre les agressions.

La lymphe : Le terme lymphe vient du latin lympha qui signifie « eau ». C’est un liquide clair presque incolore, baignant tous les espaces intercellulaires. Elles est drainée par les vaisseaux lymphatiques. Elle contient des protéines et des globules blancs, circulant dans des vaisseaux (lymphe canalisée) et situées dans les tissus.

Le liquide interstitiel : Liquide extra-cellulaire, non circulant. Lieu ou baignent les cellules. Synonyme: lymphe interstitielle.

Les capillaires sanguins : vaisseaux sanguin ou lymphatique de paroi peu épaisse et de calibre très réduit. Lieu d’échanges entre les cellules et le milieu intérieur.

Les lymphocytes : Globule blanc dépourvu de granulations et nucléé. Ils sont formés dans la moelle osseuse et arrive à maturité dans le tissu lymphoïde. Ce sont des cellules qui sont capables de quitter le sang pour gagner le liquide interstitiel et la lymphe. Ils participent à la défense de l’organisme contre des éléments étrangers.

Synonyme: leucocytes, agranulocytes, globule blanc.

Les cellules phagocytaires : Regroupe les globules blancs jouent un rôle de protecteurs de l’organisme en ingérant des bactéries, des substances étrangères et des cellules mortes. Ainsi, la phagocytose est un mécanisme de défense et non un moyen de se nourrir. Ces globules blancs se transforment en macrophages dans les tissus.

La circulation de la lymphe : pilier de notre santé.

Les vaisseaux lymphatiques assurent, par un écoulement à sens unique, le retour d’une partie du liquide interstitiel vers le sang. Cette circulation lymphatique n’appartient pas, à proprement parler, à l’appareil cardio-vasculaire.

La lymphe participe à différents transports: celui de l’excès de liquide filtrée et non réabsorbé au niveau des capillaires sanguins, celui des protéines échappées de ces capillaires, ou encore celui des graisses absorbées au niveau de la paroi intestinale. Elle participe aussi à la réponse immunitaire en permettant la rencontre des antigènes et des lymphocytes dans les ganglions lymphatiques, voire le retour vers le sang des lymphocytes.

Il est important de veiller à son entretien pour stimuler notre capacité d’auto-guérison.

La circulation lymphatique est assurée par la compression des tissus entourant les vaisseaux lymphatiques, les effets de la respiration sur la cage thoracique, les contractions rythmiques des muscles lisses entourant chaque vaisseau lymphatique, et aussi, indirectement par l’aspiration du sang veineux qui retourne vers le coeur.

Elle est donc entretenue par nos mouvements corporels et physiques.


Le système lymphatique : de quoi est - il composé ?

Le système lymphatique participe au drainage du liquide interstitiel.

Il comprend deux parties:

  • Un réseau sinueux de vaisseaux et des noeuds (ganglions).
  • Divers organes et amas de tissus dans des endroits stratégiques du corps.

Les vaisseaux lymphatiques rapportent dans la circulation sanguine le surplus de liquide interstitiel résultant de la filtration des capillaires.

Les organes lymphatiques abritent les phagocytes et les lymphocytes, agents essentiels de la défense de l’organisme et de la résistance aux maladies (principalement infections virales et bactériennes).

Les autres organes lymphatiques sont :

  • Les amygdales, qui éliminent les bactéries essayant de pénétrer dans les voies respiratoires ou digestives
  • Le thymus, région dans laquelle se fait la programmation de certains lymphocytes de l’organisme.
  • Les follicules lymphatiques, qui empêchent les bactéries de l’intestin de pénétrer plus profondément dans l’organisme
  • La rate, qui sert de « cimetière » aux vieux globules rouges et de réservoir sanguin.

Ces organes abritent les agents essentiels de la défense de l’organisme, de la résistance aux maladies.

Les organes qui aident à l’élimination des déchets du système lymphatique sont les reins, le côlon et la peau. Si ces sorties sont bloquées ou faibles, les déchets cellulaires essayeront de trouver une autre voie de sortie, sous forme de mucus.

S’ils s’accumulent dans le corps, ces déchets peuvent créer des kystes, des furoncles, voire des tumeurs.

La faiblesse rénale et la constipation résultent d’une lymphe encombrée et stagnante. Ces deux gros problèmes que l’homme moderne subit sont à l’origine de 95% des maladies d’aujourd’hui.

La lymphe : un plasma bis.

Les échanges de nutriments, de déchets et de gaz se déroulent entre le liquide interstitiel et le sang qui circule dans l’organisme. Il y a 22 litres d’eau par jour qui passe de notre sang vers notre lymphe. Sur ces 22 litres, 19 repartent vers le sang au niveau des capillaires veineux.

Les liquides non retournés au sang (3l par jour) s’intègrent au liquide interstitiel. Celui-ci et les protéines plasmatiques qui s’échappent de la circulation sanguine doivent retourner dans le sang pour que le volume sanguin reste normal et maintienne la pression artérielle nécessaire au bon fonctionnement du système cardiovasculaire. Le surplus de liquide est recueilli par les vaisseaux lymphatiques et est renvoyé dans la circulation sanguine. Ce surplus de liquide est nommé la lymphe.

Fonctions des ganglions : « une déchèterie » très élaborée.

Liés au système immunitaire, les ganglions lymphatiques contribuent à la protection de l’organisme en débarrassant la lymphe des agents étrangers et des cellules tumorales, et en produisant des lymphocytes qui interviennent dans la réaction immunitaire. Ils sont constitués de tissu lymphatique et sont disséminés dans l’ensemble du corps, en charge de la surveillance immunitaire.

Avant de retourner vers le coeur, la lymphe est filtrée par des centaines de ganglions ou noeuds lymphatiques qui sont situés le long des vaisseaux lymphatiques. On en retrouve particulièrement dans les régions de l’aine, de l’aisselle et du cou. A l’intérieur des noeuds se trouvent des macrophagocytes (macrophages et lymphocytes) qui éliminent et détruisent les bactéries, les virus et les autres particules étrangères de la lymphe, et ce avant qu’elle rejoigne la circulation sanguine.

Nous ne sommes pas toujours conscients de la nature protectrice des ganglions lymphatiques pourtant chez la plupart d’entre nous ne sommes pas conscient de nos ganglions: ce sont eux que vous sentez enflés pendant une infection. Cette inflammation est attribuée à la fonction de piège et de la nature protectrice des ganglions lymphatiques.

La présence d’un grand nombre de bactéries ou de virus dans un noeud cause une inflammation et le rend douloureux. Par ailleurs, les noeuds lymphatiques peuvent devenir des foyers cancéreux secondaires, particulièrement dans les cancers qui empruntent les vaisseaux lymphatiques pour se propager dans l’organisme. Contrairement aux noeuds infectés par des micro-organismes, les noeuds cancéreux ne sont pas douloureux.

Vous l’aurez compris, un système lymphatique en mauvais état va affaiblir notre système immunitaire !

J’espère que cet article vous a permis de découvrir ou d’en apprendre un peu plus sur l’importance du système lymphatique.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à me contacter, c’est avec grand plaisir que je vous répondrais

Prenez soin de vous,
Virginie PEREZ ALVAREZ.